Votre Publicité ICI / Cliquez ICI

Dernières infos

prev
next

Yemba 1

A cʉʼɛ meŋ ndaʼa nzhɛ́ɛ́, á gɔ meŋ kɛ sɛ.

Info 2

Merci de nous tenir au courant de l'actualité autour de vous

Info 1

L'information en continue sur www.bafou.org

Fanews by Faboba

Maman Mégni TEFAK Madeleine comme exemple à suivre

T Dans notre nouvelle rubrique intitulée « connaissance des Bafou », nous vous invitons aujourd’hui à faire la connaissance d’une icône spéciale Bafou en la personne de Ma’ah Mégni TEFAK Madeleine.

Pour ceux qui ont déjà entendu parler d’elle, cette maman est une femme pluridimensionnelle qui suscite admiration et émerveillement. Découvrons-la dans les lignes qui suivent :

Maman Megni, les lecteurs de Bafou.org aimeraient bien vous connaître, voulez-vous bien nous parler de vous ? Pouvez-vous nous parler de votre feu époux ?

Je me nomme Mme TEFAK Madeleine : Mère de 5 enfants, Grand-mère et Arrière Grand-mère,

Parcours scolaire

- Etudes au Lycée des jeunes filles de New Bell à Douala,

- Formation de Sage Femmes en France et retour au Cameroun en 1960

Parcours professionnel

Après avoir servi durant 3 ans à l’hôpital Central en tant que sage femme au pavillon Tarnier, j’ai été affectée au Ministère du travail, puis au Ministère des affaires Sociales et de la Condition féminine où j’ai achevé ma carrière et pris ma retraite en 1992.

Durant mon passage au Ministère du travail, ma soif de connaissance et de performance m’a amené à suivre une formation approfondie en législation du travail au CRADAT en 1972.

Activités sociales

- Membre active de la Croix Rouge Camerounaise durant de longues années

- Membre active d’AD-LUCEM

- Membre de nombreuses associations féminines tant dans la Menoua que dans le Ndé en vue du développement de nos communautés

Activités politiques

Je fus amenée à la politique par Mmes KEUTCHA Julienne et TAGNI Jeanne de regrettées mémoires. Toutes deux députés à l’Assemblée Nationale

- Militante à l’Union Nationale Camerounaise (UNC) : Je grimpe les échelons passant de la Cellule, au Comité de Base et comme conseillère à la sous- section , puis 1ère Vice Présidente à la Section durant 15 ans,

- Membre du Bureau National de l’OFRDPC (l’Organisation des femmes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais) en tant que déléguée à la communication, et enfin 1ère Vice Présidente au Bureau national

- Secrétaire Régionale de l’Organisation Panafricaine des Femmes (OPF), puis Vice Présidente de cet organisme depuis le congrès de 2005 tenu en Afrique du Sud

Je prend régulièrement part aux assises de l’Organisation Internationale des Femmes

S’agissant de mon feu époux

M. TEFAK Augustin -Fils de M. TEFACK Jean (WAMBA NDENSIA à Bafou). Magistrat de formation, il occupe tour à tour les postes de Président du tribunal militaire, Conseiller juridique à la Présidence de la République, puis termine sa carrière comme magistrat hors hiérarchie à la Cour Suprême.

Il fût appelé par le Père Céleste à la Fleur de l’âge (à 45 ans)

Attardons-nous un peu sur votre parcours ; pouvez-vous nous le résumer en ressortant les plus beaux moments et ceux les plus difficiles ?

L’un de mes plus beaux souvenirs est mon retour au Cameroun, trouver du travail immédiatement et me mettre au service de mon pays.

Les moments les plus difficiles furent ceux passés au début de ma carrière comme sage femme à l’Hôpital Central. En effet, jeune maman de trois enfants dont des jumeaux, il me fallait combiner ma vie professionnelle où je faisais en moyenne 98 heures de garde par semaine avec celle de mère. Ce qui m’amena à demander mon affectation dans les services centraux.

Je puis également vous dire que la perte de Tagni à la fleur de l’âge me chagrine jusqu’à ce jour

Cet intéressant itinéraire présage des responsabilités dignes d’intérêt ; Avec toutes ces expériences, quelles sont vos activités aujourd’hui ?

1 : Sur le plan social

Je suis actuellement PCA de la Fondation Ad-Lucem.

Institution médicale fondée par le Dr Louis Paul AUJOULAT, la fondation est installée sur tout le territoire national et essentiellement en zone rurale et œuvre pour la santé des populations les plus démunies.

2 : Sur le plan politique

- 1ère Vice Présidente au Bureau national de l’Organisation des femmes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (OFRDPC)

- Vice Présidente de l’Organisation Panafricaine des Femmes (OPF)

- Conseillère au CODEGBA dont le DG DONGO Jean- Marie est président

Vous êtes aujourd’hui une tête de proue pour la femme, quel est votre secret ? Quel conseil aux femmes ?

- Le seul secret est l’amour du travail bien fait

- Le conseil que je pourrais donner aux femmes est que quelque soit l’activité menée, il faudrait avoir comme objectif de :

* Donner toujours le meilleur de soi-même,

* être passionnée par son travail,

* Ne pas baisser les bras devant les difficultés, mais savoir les affronter.

Quels sont vos apports ou contributions à la promotion de la culture et au développement du Groupement Bafou ?

- Je ne saurai citer les apports multiformes que j’ai eu à effectuer. Je dirai simplement et en toute modestie que je prends part à toute initiative organisée portant sur des réalisations dans le groupement Bafou.

- J’ai eu à initier et organiser des sessions de réflexion avec les élites de la Menoua et Bafou en particulier sur de nombreux projets de développement, notamment le projet de la route de la plaine (Melong/Dschang),

- Je contribue financièrement aux projets concernant le groupement (ex : le projet de construction du foyer Bafou à Yaoundé….)

- J’ai eu à mobiliser les hommes et femmes du quartier Baléfé afin qu’ils apportent leur contribution pour l’entretien des routes du quartier.

- Je prends régulièrement part aux activités culturelles organisées par le Chef Supérieur

Dans la même optique, quelle vision avez-vous pour le développement du groupement Bafou ?

Le groupement Bafou en raison de sa population et du dynamisme de celle-ci doit être un groupement fort, qui devrait faire partie du peloton de tête en matière de développement dans notre pays. En effet, comparer aux autres villages de la Menoua et de l’ouest en général, l’on peut relever pour s’en féliciter que dans la plupart des quartiers, les populations aient déjà mis sur pied aux travers des associations installées dans la plupart des villes du Cameroun et à l’étranger, des projets de développement : électrification des quartiers, amélioration des pistes et routes, amélioration des structures scolaires, ect….

Cependant, les défis sont nombreux notamment la pauvreté ambiante due à la crise économique qui sévit dans le pays. Pour ce faire, le groupement doit parfaire son organisation en la modernisant en vue :

- D’améliorer le cadre de vie des populations en mettant sur pied des projets structurants tant dans les domaines agricole, que sanitaire et scolaire ;

- De développer l’agriculture en promouvant la création de GIC pour rendre notre agriculture moins individualiste, et réaliser des projets agrico-industriels pour résorber la pauvreté et l’exode rural dans notre groupement (vergers/culture du mais/culture de tomates) ;

- De développer des projets semi-industriels dans nos villages en y impliquant la jeunesse (fermes semi-industriels/fabriques de briques de terre et autres matériaux locaux en liaison avec la MIPROMALO…),

- D’encourager les initiatives de création d’établissements scolaires et de structures de santé dans nos villages ;

- D’instaurer des plates-formes de formation et d’information des populations et de la jeunesse sur des thèmes qui pourraient amener la jeunesse à créer des activités génératrices de revenus ;

- D’instaurer avec la diaspora, un dialogue constant en vue de créer un pont entre cette jeunesse d’outre mer et celle installée sur le territoire national.

Au vu de cet élogieux parcours et de ces expériences pleines de sagesse, quel message pour la jeunesse ?

Ne dit-on pas que la jeunesse est le fer de lance de la nation ? L’avenir appartient à cette jeunesse qui, malgré les temps difficiles que traverse la nation toute entière, doit persévérer dans l’effort et le travail, car cette situation ne saurait perdurer. Cette jeunesse doit avoir foi en l’avenir.

Elle doit bannir la paresse, la facilité et la tricherie car tout ce qui s’obtient par ces moyens est éphémère.

A votre avis la relève sera-t-elle assurée ? Quel message pour la prospérité ?

Cette question rejoint la précédente et je dirai sans aucun doute que la relève sera assurée. Cependant, nous les adultes, nous devons prendre conscience que nous avons le devoir de redonner espoir à cette jeunesse.

En tant que MERE, je rajouterais, que les mères ont un rôle primordial et je dirai même prépondérant dans l’avenir de notre groupement et de notre pays en général, car l’éducation des enfants nous incombe à la base. Chaque mère doit prendre conscience que l’éducation de la jeunesse nous appartient et que se sont les mamans qui ont le devoir de forger cette jeunesse, dès le jeune âge, pour en faire des femmes et des hommes intègres.

Pour ce faire, l’éducation de la jeune fille doit être une priorité car c’est celle là qui fera le camerounais et la camerounaise de demain

Votre mot de fin

Je félicite toute l’équipe qui a œuvré pour la création du site internet BAFOU.ORG. Un grand bravo pour les efforts réalisés en vue de la vulgarisation de cette technique de communication et cette plate forme d’échanges et de partage qui nous permet de découvrir davantage notre culture, capital important que nous ne devons pas perdre, mais au contraire améliorer, mieux la faire connaitre, et l’adapter à la mondialisation. Un dicton bien connu ne dit-il pas que la culture est ce qui nous reste lorsque nous avons tout perdu ?

Je souhaite que cette initiative se vulgarise dans tous les groupements et toutes les régions de notre pays pour un développement par et pour les populations.

T

T

T

T

T

T

T

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gallerie Video

Publicités

Venez découvrir le site web de l'IUC
Read More!
Désormais Obtenez vos Certifications CISCO à l'IUC
Read More!

Articles Populaires