Votre Publicité ICI / Cliquez ICI

Dernières infos

prev
next

Yemba 1

A cʉʼɛ meŋ ndaʼa nzhɛ́ɛ́, á gɔ meŋ kɛ sɛ.

Info 2

Merci de nous tenir au courant de l'actualité autour de vous

Info 1

L'information en continue sur www.bafou.org

Fanews by Faboba

Monseigneur Dieudonné WATIO a visité la Paroisse Saint Laurent de Bafou

St Laurent

Dès son arrivée à Bafou il y a quelques mois, l’Abbé Amédée FEUJIO, Curé de la Paroisse Saint Laurent s’est fixé un grand défi : faire redorer le blason d’antan de St Laurent.

 

Dans cette fougue, il s’est fixé plusieurs objectifs, mais il fallait l’onction de son chef pour se jeter à fond dans ces multiples chantiers. C’est ainsi que le 26 mai 2013, cette paroisse s’est vêtue de ses plus beaux attributs pour accueillir l’évêque de Bafoussam, Monseigneur Dieudonné WATIO. Ce dernier mourait aussi d’envie de revoir ce qui restait de cette paroisse dont il avait été Curé il y a 31 ans. Précisons déjà que de1976 à 1982, Monseigneur WATIO a passé 6 ans dans cette paroisse ; 2 ans comme vicaire et 4 comme Curé.

C’est donc dans cette chaleur de retrouvailles que l’évêque est arrivé à Bafou ce jour à 08 h 00 comme l’avait prévu le programme. Il a été accueilli à Ndouzem par un comité qui avait été mis en place pour la circonstance. Ce piquet d’accueil était composé du Curé de la Paroisse St Laurent, de la Mère Supérieure de la Congrégation des Sœurs de cette paroisse, des membres du conseil paroissial et de quelques volontaires venus surtout de Yaoundé. Après des embrassades très chaleureuses, le cortège a pris la route de St Laurent où plus de 4000 fidèles et curieux attendaient le Pasteur métropolitain.

Avant toute chose, Monseigneur WATIO a commencé par faire le tour du propriétaire. Ainsi, il a visité tour à tour le Collège Polyvalent St Laurent, le Centre de Santé Catholique de Bagha et la paroisse. Une audience générale avec les élites extérieures et intérieures et autres sympathisants de Bafou a suivi cette phase dans la salle de conférences de la Paroisse. Au cours de cette séance de travail modérée par le Dr ZEBAZE Louis, le Curé, le Principal du Collège St Laurent, le Président du Conseil Paroissial du secteur spécial de Ndziih et quelques paroissiens ont chacun présenté l’état des lieux, les perspectives ainsi que les solutions envisagées aux problèmes qui se posent à la communauté chrétienne. Plusieurs projets ont été recensés et d’autres seraient même déjà en cours d’exécution.

Un couac a cependant été noté à ce niveau. Mme DONGMO a exprimé la détresse des paroissiens qui, à l’arrivée du curé, se sont décidé à mettre une voiture 4x4 à la disposition de leur pasteur. Après la collecte des fonds, un paroissien dont cette dernière a tu le nom a pris cet argent dans le but de conduire la commission désignée à cet effet pour l’achat du véhicule du Curé. Au lieu de la voiture qui avait été choisie par cette commission, ce Monsieur a plutôt ramené une autre voiture en disant qu’à son arrivée, celle choisie auparavant avait été vendue. Il est bon de signaler qu’en ramenant cette voiture, il n’était plus accompagné des membres de sa commission qu’il avait proprement « driblé » à Douala au cours de tout le processus. Comme le Renard de la fable de la Fontaine, ce dernier s’est révélé être un bon parleur, et comme tous les malhonnêtes, il a su emballer tout le monde. Ainsi, à la première sortie du Curé avec cette voiture, il n’a pu rejoindre sa paroisse que derrière une moto. Présentement, la voiture a été remorquée et se trouve à l’évêché à Bafoussam. De sources concordantes, l’accusé en question s’appellerait TEUFACK Pascal, bien connu sous le sobriquet de « Chef Pass ». Il semble que ce brave fils de Bafou ne serait pas à son premier coup car on lui reprocherait également la distraction des fonds collectés à Douala, Yaoundé et Bafoussam dans le cadre de la création de la « Fondation Abbé Nkwayep Louis Marie » de regretté mémoire. Affaire à suivre …

En attendant de trouver une solution à ce problème, l’évêque, après avoir attentivement écouté chaque intervenant, a prodigué beaucoup de conseils. Il a toutefois recommandé à tous la transparence dans la gestion, la concertation et le compte-rendu aux fidèles et à la hiérarchie. Il a demandé au Curé de former une équipe avec laquelle il conduira tous les projets envisagés. Il lui a dit en substance : « Tu peux tout avoir des Bafou, à condition que tu t’y prennes très bien ».

Pour des raisons qui tiennent compte de l’histoire de la zone, Fo’o Ndoh revendique pour sa part que le secteur paroissial de Ndziih soit plutôt appelé « secteur paroissial de Djuttsitsa ». Les paroissiens disent qu’en faisant ainsi, on réduirait ce secteur au seul village de Ndoh car Djuttsitsa vient du nom du grand-père de l’actuel Fo’o Ndoh. Ce dernier s’appelait d’abord Mbeuhè-Tsuètetsa avant de devenir plus tard Fo’o Ndoh. Un autre dossier à suivre, car cette revendication des paroissiens va au-delà d’un simple problème de dénomination.

Après ces échanges avec le chef de l’église Catholique qui est à l’Ouest, les fidèles se sont retrouvés dans la grande chapelle de cette paroisse qui n’a pas pu contenir la moitié des participants. Le plus grand moment de cette messe pontificale était la célébration du sacrement de confirmation. Ainsi Monseigneur Dieudonné WATIO a confirmé 253 fidèles tous âges confondus. Il faut dire qu’il y a 8 ans que cette paroisse n’avait plus connu la visite d’un évêque.

Après cette messe, l’évêque a été convié à une réception avec quelques fidèles choisis à la volée. Sans transition, ce Berger que les ouailles attendaient depuis 8 ans est passé aux audiences individuelles, suivant un ordre établie à la veille.

A la fin de ces audiences et avant son départ, Monseigneur Dieudonné WATIO a livré ses impressions à Bafou.org Mais avant d’y arriver, Bafou.org remercie le Pr Grégoire JIOGUE qui a supporté entièrement les frais de déplacement de son équipe de reporters pour cette occasion mémorable.

St Laurent

Excellence Monseigneur, 1982-2013, 31 ans plus tard, quelle impression avez-vous eu ce jour à votre arrivée à la paroisse St Laurent de Bafou ?

J’ai eu l’impression d’une paroisse vivante car à mon arrivée, le nombre de personnes que j’ai vu massées le long du parcours m’a impressionné. Mais comme on dit, il faut toujours demander un peu plus, il ne faut jamais dire que ça va. On a toujours la possibilité d’aller plus loin. S’il y a des choses qui ont régressé, par exemple comme l’école, on connait les raisons. A l’époque, on n’avait pas beaucoup d’écoles publiques, de Lycées, CES, CETIC, comme c’est le cas aujourd’hui ! Il faut donc faire en sorte que le collège obtienne de très bons résultats car les gens veulent envoyer leurs enfants là où les résultats sont bons et la discipline aussi. On voudrait avoir des enfants éduqués dans leur intelligence certes, mais aussi dans leur cœur et leur conscience. Il ne faut pas penser que la marche du collège relève du seul principal, c’est tous les fidèles qui doivent prendre cela en main car lorsque ça marche bien, c’est tout le monde qui serait content. Je crois qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, même si apparemment les choses ne sont plus comme autrefois, on peut faire en sorte que cela reprenne du poids de la bête comme on dit. On arrivera à faire à que ce collège se remette debout.

Monseigneur à voir l’état de délabrement avancé des infrastructures de cette paroisse, comment entendez-vous la remettre à un niveau acceptable ? Surtout en votre qualité de fils Bafou tel que vous le dites vous-même.

Je peux vous retourner la question ! Le Diocèse, ce n’est pas quelqu’un. Le Diocèse, c’est l’ensemble des paroisses. On ne peut pas demander à un évêque de faire tout. Si on me demande de faire quelque chose, c’est à vous que je vais m’adresser. A vous, les fidèles, parce que c’est vous les bénéficiaires. Je peux vous donner des conseils et j’en ai beaucoup, mais vous ne pouvez pas demander à qui que ce soit de faire ce travail tout seul. J’aurai préféré que vous me demandiez plutôt « qu’est ce que nous entendons faire ? » J’impulse le mouvement mais je ne fais pas le travail seul, car il n’y a pas de locomotive qui se targue de l’être s’il n’y a pas de wagons. Il faut seulement que tout le monde se mette au travail.

Par rapport aux multiples doléances que vous avez reçues, c’est vrai vous avez apporté beaucoup de conseils sans rien promettre dans l’immédiat. Dans quel ordre allez-vous commencer à examiner ces doléances ?

J’ai dit que je préfère les surprises agréables car il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir capturer. Je ne peux pas vous faire la promesse de gascon. Si je vous promets quelque chose, c’est que je pense que cela pourrait se réaliser. Je ne voudrais pas vous dire comme quelqu’un « je vous ai compris » ! Une fois de plus, je dis c’est ensemble qu’on va trouver la solution. Sachez par exemple que quand vous demandez un autre prêtre, si j’avais un arbre qui en produisait quelque part, je vous aurai demandé de venir avec moi et je vous en donnerai un camion plein. Mais comme il faut les former des années durant, avec des frais y afférant, car chaque année pour un prêtre, le Diocèse doit payer 500 000 F.CFA de complément, et pour un séminariste il faut 800 000 F.CFA chaque année, vous comprenez qu’avec les 40 séminaristes que nous avons, il faut annuellement 32 000 000 F.CFA. Or l’apport des paroisses n’a donné que 14 000 000 F.CFA, loin des trente deux millions, et il faut former ces gens pendant une dizaine d’années après qu’ils soient entrés. Vous comprenez que ce n’est pas aussi facile que ça ! C’est donc à vous de m’aider à vous donner un ou des prêtres. Ne faites donc pas comme la Fontaine qui dit : « quand il ne faut que délibérer toute la cour en conseillers foisonne, mais quand il faut passer aux actes il n’y a plus personne ». Il faut être comme le général qui dit : Armons-nous et partons. Je n’ai pas de solution toute faite, nous les trouverons ensemble.

Excellence, un mot de fin à l’endroit de vos ouailles de Bafou éparpillés à travers le monde.

Je crois qu’ils sauront ce que nous avons fait à travers votre média, Bafou.org, et aussi à travers les vidéos que vous avez réalisés et qui permettront aux uns et aux autres de voir et de vivre ce que nous avons fait ce jour. A eux comme à ceux qui étaient là aujourd’hui, je souhaite à la communauté chrétienne de vivre en synergie, de vivre en regardant dans la même direction, pour un travail concerté car quand on est nombreux, on est fort et seul, on est faible. Unis vous serez forts et vous arriverez à réaliser beaucoup de choses. J’ajoute que si le village Bafou est une goutte de miel, vous réaliserez beaucoup de choses, parce que vous attirerez à vous beaucoup de personnes, mais si on est vinaigre on aura l’effet contraire. Merci.

St Laurent

St Laurent

Le Curé de la Paroisse St Laurent de Bafou Abbé FEUDJIO Amédée, Dr ZEBAZE Louis et Pr Grégoire JIOGUE

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Monseigneur Dieudonné WATIO et Mme DONGMO

St Laurent

St Laurent

Mme CHEMBOU Annie et l'évêque

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Le Principale du Collège Polyvalent Saint Laurent de Bafou, Abbé Benjamin AHOH AMBE

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Le Curé de la Paroisse St Laurent de Bafou Abbé FEUDJIO Amédée

St Laurent

St Laurent

M. TAGNI Mathias, Président du conseil paroissial de la zone spéciale de Ndziih

St Laurent

Monseigneur Dieudonné WATIO, Evêque de Bafoussam

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Le Roi des Bafou n'a pas manqué d'offrir lui aussi un cadeau à l'évêque

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

S.M. Fo'o Ndong Victor KANA III, Pr TSALEFAC Maurice et Moho Lekouet DONKENG Cosmas

St Laurent

St Laurent

Pr TSALEFAC et S.E. Fo'o Ndoh MELAGA Jean

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Jésus avait lavé les pieds de ses disciples, le prélat se met au service de ses ouailles

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Maman Clémentine, petite sœur de Monseigneur Albert Dongmo de regretté mémoire

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

l'Evêque saluant Moho Lekouet DONKENG Cosmas

St Laurent

L'Evêque saluant le Pr Grégoire JIOGUE

St Laurent

La présence du Pr Maurice TSALEFAC a attiré l'attention de l'évêque de Bafoussam

St Laurent

St Laurent

St Laurent

St Laurent

Après la fête il fallait bien "casser la tête du porc"

St Laurent

Le chef du village Baleng n'était pas en reste

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Publi-Reportage


Gallerie Video

Publicités

Venez découvrir le site web de l'IUC
Read More!
Désormais Obtenez vos Certifications CISCO à l'IUC
Read More!

Articles Populaires