Votre Publicité ICI / Cliquez ICI

Dernières infos

prev
next

Yemba 1

A cʉʼɛ meŋ ndaʼa nzhɛ́ɛ́, á gɔ meŋ kɛ sɛ.

Info 2

Merci de nous tenir au courant de l'actualité autour de vous

Info 1

L'information en continue sur www.bafou.org

Fanews by Faboba

Ma’ah Nkong-Fo’o Melouong, 17 ans après sa mort contribue significativement au développement de Ndziih à l’occasion des funérailles organisés en son honneur

Le quartier Ndziih à vibré, les 17 et 18 février 2017, au rythme de la commémoration des funérailles de Ma’ah Nkonfo’oh Melouong !!! Les enfants de cette dernière ont mis les petits plats dans les grands pour réserver un hommage grandiose à leur maman qui n’avait vraiment pas bénéficié des récoltes de son dur labeur. Mais pour permettre aux populations de Ndziih de se souvenir pendant longtemps encore de cette femme altruiste et affable, au-delà du manger et boire, on a noté trois grandes réalisations : 02 forages opérationnels, un pont réaménagé et des dons de table banc pour l’école maternelle de Melouong. Pour permettre aux populations de passer ces moments en santé, des journées médicales ont été organisées à la veille, avec distribution gratuite des médicaments et un repas à chaque participant.

 

« Regarde l’enfant de l’autre comme si s’était le tien » telle était la philosophie de Ma’ah Nkonfo’oh Melouong de son vivant. C’est donc dans le souci de perpétrer cet héritage légué par Ma’ah Nkong-fo’oh Melouong que S.M Fo’o Melouong, assisté de ses fils et filles, de ses gendres, de ses amis ont décidé d’organiser cette cérémonie, ô combien grandiose, en hommage à sa 1ère épouse décédée en 2000. En effet, la descendance de cette femme avec au premier rang M. Choundong Norbert, M. Tsague Albert, et autres n’ont pas fait dans la dentelle au regard de l’organisation évènementielle de cette cérémonie en hommage à leur génitrice.

La journée du vendredi 17 février 2017

La cérémonie ponctuée de plusieurs articulations a véritablement débuté le vendredi 17 février 2017 avec d’entrée de jeu la cérémonie d’inauguration du forage et le don de tables-bancs pour l’école maternelle de la chefferie Melouong, sous la houlette du Sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni, M. FOFIE MBOUEDIA Christophe. Au cours de cette cérémonie, le représentant du chef de famille en la personne de M. Choundong Norbert a remercié toutes les personnes présentes et a invité les fils et filles Melouong à être toujours unis. Par la suite M. Tsague Albert a pris la parole pour présenter le forage d’une capacité de 14000 m3 d’eau et qui peut alimenter toutes les maisons du quartier Ndziih ; réalisé par l’Entreprise TSAGUE WELFARE FORAGE CORPORATION et dont le budget de construction s’est élevé à 13 millions de Frs CFA. Pour clore cette cérémonie, le représentant de M. Le Maire a pris la parole pour remercier les enfants de Ma’ah Nkong-fo’oh Melouong pour la construction et le don de ce forage qui entre dans les projets intégrateurs de la Mairie. Le Sous-préfet de Nkong-Ni représentant personnel du Préfet de la Menoua a quant à lui dans son propos remercié les populations pour l’accueil chaleureux a lui accordé et a par ailleurs remercié les donateurs qui ont été sensibles à la misère des hommes car « Qui donne l’eau, donne la vie ». Tout en félicitant davantage les donateurs, le chef de terre les a exhorté à ne pas s’arrêter en si bon chemin avant d’ajouter, « ils sont par ailleurs de grands hommes car ils construisent au lieu de détruire.» Quant aux bénéficiaires, il les a invité a bien prendre soin de cette réalisation et pour clore son propos, il a exhorté les autres élites à faire pareil. Cette phase s’est achevée avec la coupure du ruban symbolique    

Notons qu’une grande célébration eucharistique a eu lieu la veille chez M. Choundong Norbert (Pa’a Nord) avec la présence de 8 prêtres et de nombreux laïcs. A la fin de cette célébration, le caveau de Ma’ah Nkong-fooh a été béni. Par la suite, un match des incollables a été organisé entre les différents établissements de la localité notamment le Lycée de Bafou, le Lycée Bilingue de Ndziih, le Collège IMOS et le CETIC DE Loung. Cette compétition présidée par M. Dongmo Zendong JP (Censeur au Lycée de Bafou)) a connu la victoire du Lycée de Bafou par un score de 9/10 contre 07,25/10 pour le Lycée Bilingue de Ndziih à la finale. Toujours dans la même foulée, un match de football a été organisé au stade du collège IMOS entre la « Génération 74 » (en vert) et Vétérans 2 zéro de Ndziih (en blanc). Ce match de fraternité n’avait finalement pas de vainqueur car c’est l’amour et la convivialité qui étaient en exergue.

L’implantation du « Akoup » l’exécution du « Kezah » à la fin de la journée du vendredi marquait le début des funérailles proprement dites. Après cet étape place a été laissée aux animations diverses particulièrement celle du « Lefeum » et des artistes de la Menoua à l’instar de Salé Junior, Laure Bavoua, Dr Nicko, Zaphara DJ et bien d’autres à travers ce méga concert organisé par l’orchestre des Brasseries du Cameroun.

La journée du samedi 18 février 2017

L’apothéose à cette grandiose cérémonie d’hommage était le Samedi. En effet dès l’aube les populations du quartier Melouong et celles venues des 4 coins du Cameroun et d’ailleurs se sont mobilisées à l’esplanade de la chefferie Melouong où les différentes associations féminines, les différents clans de Mendzong, le « Kwa-kwa », « Assamba »,  le « Ntioh », le « Nkoozan », « Assondap », « Kouhgang », « Nkwang me njue fo’o »  et bien d’autres encore ; au rythme des danses tradi-culturelles fort appréciées du Groupement Bafou et de la Menoua vont rendre un hommage digne à cette Grande Femme du Groupement Bafou.

La présence à cette cérémonie des autorités traditionnelles avec à leur tête le Roi des Bafou, Na’ah-temah Fo’o Ndong Victor KANA III et ses paires de Foto, Baleveng et Fongo-tongo et leurs épouses a donné un éclat tout particulier, surtout qu’ils étaient sur les lieux dès 10 h.

Dans l’ensemble, il faut dire que les enfants de Ma’ah Nkong-Fo’o Melouong ont donné une nouvelle façon de penser les funérailles car, même s’il est vrai que chacun fait à son niveau, il faut saluer et reconnaitre les efforts consentis par cette famille, nous sommes d’avis qu’à ceux dont Dieu donne beaucoup, il leur en demande aussi plus. Pendant plusieurs années les populations de Ndziih, les transporteurs, les élèves et même les passants se souviendront de Ma’ah Nkong-Fo’o Melouong. Même ces belles villas construites par les enfants de cette dernière qui trônent sur les collines de Melouong font non seulement la fierté de Ndziih, mais aussi celle du groupement Bafou.

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'a Tessa Jacqueline

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

 Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

 Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ma'ah Nkong-Fo'o Melouong Yémélé Julienne

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Publi-Reportage


Gallerie Video

Publicités

Venez découvrir le site web de l'IUC
Read More!
Désormais Obtenez vos Certifications CISCO à l'IUC
Read More!

Articles Populaires