Votre Publicité ICI / Cliquez ICI

Dernières infos

prev
next

Yemba 1

A cʉʼɛ meŋ ndaʼa nzhɛ́ɛ́, á gɔ meŋ kɛ sɛ.

Info 2

Merci de nous tenir au courant de l'actualité autour de vous

Info 1

L'information en continue sur www.bafou.org

Fanews by Faboba

FETE DU 50TENAIRE, REGNE DE SA MAJESTE FO’O NKOHO TEKOBOU GERMAIN CHEF de 3e degré DU VILLAGE NKOHO DANS LE GROUPEMENT BAFOU.

Fo’o Nkoho TEKOBOU Germain dignement honoré par les populations Nkoho, ses fils, filles et les autorités traditionnelles à l’occasion de ses « 50 ans de règne, don divin » à la tête de la Chefferie de 3e degré du village Nkoho.

Né en 1951, il succède à S.M. ALACHIO Philippe décédé le 6juillet1966. Arrêté, puis conduit au La’akam le 7juillet1966 suivant lesusetcoutumes Bafou à l’âge de 16ans, S.M Fo’o Nkoho TEKOBOU Germain ; 9eme Roi de la dynastie du village Nkoho a été dignement honoré ce samedi 8 juillet 2017 à l’occasion de la célébration de son 50tenaire de règne par les populations, ses fils et filles et les autorités politico-traditionnelles qui sont venus festoyés tout en le remerciant pour l’encadrement de sa population en sa qualité de Chef, aussi pour ses multiples efforts dans la valorisation de la culture du Groupement Bafou et le développement du village Nkoho.

En prélude à cette grandiose cérémonie socio-culturelle, un championnat de football réunissant 4 équipes des ressortissants Nkoho notamment les équipes de Yaoundé, Douala, du village et l’équipe des princes a été organisé au stade de l’école Catholique de Nkoho le vendredi 7 juillet 2017. Ce mini tournoi a connu la victoire de l’équipe de Yaoundé qui s’est imposée face à l’équipe des princes en finale. Par ailleurs, un match de gala opposant Vétérans Nkoho à ASPEN (club du ProfesseurKeubou de l’Université de Dschang) s’est joué.

Dans l’optique de rendre gloire à Dieu pour ces 50 ans de règne accordés à S.M TEKOBOU Germain, une grande célébration eucharistique réunissant 10 prêtres des paroisses de la Région de l’Ouest a été dite par le Représentant de l’Evêque en la personne du Père Etienne FOTSO qui dans son homélie à rappelé que « tout pouvoir vient de Dieu et on l’exerce pour rendre compte à Dieu ». Il a par ailleurs invité les populations à se joindre à lui afin de rendre gloire à Dieu pour l’esprit de sagesse, de discernement qu’il a accordé à S.M Fo’o Nkoho TEKOBOU Germain pour diriger son peuple depuis plus de 50 ans et qu’il lui en accorde davantage cette sagesse comme au Roi Salomon afin qu’il puisse toujours diriger son peuple avec justice, équité et dans la crainte de Dieu. C’était aussi l’occasion de découvrir la nouvelle chapelle du poste Catholique de Nkoho, tous étaient surpris de voir que ce joyeux architectural lancé à l’occasion des obsèques de Maman MAMOUAFO, sous la houlette de Assa’a Nwelah MOUAFO Louis Marie, est presque dans la phase des finitions. De même les invités ont admiré avec beaucoup de félicitations les salles de classe de l’Ecole Catholique de Nkoho construites par le même Assa’a Nwelah MOUAFO Louis Marie.

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

La journée du samedi 8 juillet 2017 marque l’apothéose de ces festivités avec notamment dès l’aube la danse des Mégni, les animations par les groupes de danses, l’arrivée et l’installation des populations, des invités, des autorités administratives et traditionnelles. Après cette phase protocolaire, les populations des différents quartiers (Touoh ka’a, Tsing Nkoho, Dzem Sa’ack, Pooh Kah, Nzing Nooh et Nzing Pih) sont venues faire  allégeance à leur chef et lui réitérer leur indéfectible soutien. Par la suite, les élèves de l’école primaire de Nkoho ont procédé à l’exécution de l’Hymne Nationale, suivi du chant patriotique Bafou entonné par Mo’oh Zo’oh.

Après ces moments de salut patriotique à la République et de bienséance, parole a été donnée au Professeur KEUBOU, Secrétaire Général du comité d’organisation, pour la lecture de l’autorisation de manifestation publique ; à la suite du S.G., Ma’ah Toukem (porte-parole) des princes et princesses de la chefferie Nkoho a dans son propos présenté son chef et père comme cet infatigable homme, bâtisseur, unificateur et a profité de l’occasion pour dire tout leur amour à leur père.

 Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Professeur KEUBOU Philippe

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

M. NGUEJIO Jean-Paul, représentant de Fo’o Nkoho à Douala

Dans cette même logique, parole a été donnée au Président du Comité Technique d’Organisation en la personne de M. NGUEJIO Jean-Paul, représentant de Fo’o Nkoho à Douala, qui à priori a remercié toute son équipe pour le travail abattu pour la réussite avec éclat de cette fête du cinquantenaire de règne du chef Nkoho et a  présenté un bref bilan des travaux menés. Pour clore son propos, il a remercié tous les partenaires qui se sont mobilisés pour rehausser l’éclat de cette cérémonie notamment le Groupe SOMAF, l’IUC-CEFTI, SOCAMIT OIL, Centre de Santé PROSSABA et bien d’autres encore.

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain 

S.M Fo’o Nkoho TEKOBOU Germain

Le récipiendaire du jour en la personne de S.M Fo’o Nkoho TEKOBOU Germain a pris la parole. Dans son propos liminaire, il a tenu d’abord à rendre gloire à Dieu pour ces « 50 ans de règne divin » et pour avoir béni Nkoho, considéré comme le « Quartier latin » du Groupement Bafou, ensuite il a tenu à remercier toutes les personnes notamment le Père Romain, feu papa Kuété, papa Kemjaza, papa Zingueni et bien d’autres qui après sa désignation comme chef du village Nkoho l’ont protégé contre les prédateurs qui voulait cette place et qui l’ont soutenu car dit-il les débuts ont été difficiles, pénibles, tumultueux. Fo’o Nkoho n’a pas tari d’éloge à toutes les personnes qui ont honoré à ce grand rendez-vous socio-culturel. Par la suite celui-ci a fait quelques rappels en rapport avec l’histoire de la chefferie Nkoho notamment fin août 1966 date de sa sortie du La’akam, 7 juillet 1987 date de la reconnaissance de la légitimité de la chefferie Nkoho par l’Etat camerounais en tant que chefferie de 3ème dégré et le 13 août 1997 date de la création d’un Centre d’Etat civil à la chefferie Nkoho. Il a par ailleurs remercié le Comité de Développement dirigé par Kemghap Paul TEZANOU pour les réalisations déjà accomplies pour le développement de Nkoho et a par ailleurs invité ses populations à ne pas s’en contenter mais à œuvrer davantage pour le développement du village Nkoho et à l’encadrement des jeunes pour que vive le village Nkoho, le Groupement Bafou et le Cameroun.

Pour clore avec cette phase des discours et suivant l’ordre protocolaire, parole a  été ensuite donnée à S.M Fo’o Ndong Victor KANA III Chef Supérieur de 1er degré du Groupement Bafou, au Maire de la Commune de Nkong-Zem et au Sous-Préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni qui n’ont pas tari d’éloge à l’endroit du récipiendaire considéré comme une référence et une personne ressource au regard des travaux accomplis et ont par ailleurs prié le bon Dieu de lui accorder davantage santé, sagesse et courage afin qu’il dirige toujours son peuple avec justice, droiture et équité comme il l’a fait depuis 50 ans déjà. Aussi, ceux-ci ont-ils exhorté les populations Nkoho à préserver la paix et l’unité avec le vent de déstabilisation qui souffle depuis quelques temps sur notre pays, à toujours soutenir leur chef et au Comité de Développement de toujours œuvrer pour le développement du village Nkoho.

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Après cette phase, les vainqueurs du championnat ont reçu leur trophée du Chef Nkoho qui à son tour a reçu de multiples présents de ses populations et invités. La plus grande surprise pour S.M. Fo’o Nkoho était cette voiture 4WD de marque Toyota à laquelle il n’avait pas eu vent, c’est pourquoi il a reçu ce cadeau de ses enfants avec beaucoup d’émotion. Pour rehausser cette cérémonie, L’IUC a accordé des bourses de 1000000 (un million) Frs CFA pour les élèves Nkoho qui vont choisir de poursuivre leur études l’année prochaine à l’IUC et l’ISSTN dans cette même perspective a offert une bourse de 500000 Frs CFA.

Cette cérémonie riche en couleur a connu la présence des autorités administratives notamment celle du Préfet de la Menoua représenté par le 2ème Adjoint Préfectorale, le Sous-Préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni en la personne de M. FOFIE MBOUEDIA Christophe et le Maire de la Commune de Nkong-Zem en la personne de M. NDZOUEBENG, de S.M Fo’o Ndong Victor KANA III Chef Supérieur duGroupementBafou, et ses paires S.M GUEMENI Gaston Chef Supérieur du Groupement Baleveng, Fo’o Bamendou, Fo’o Bamendjinda, Fotetsa, et bien d’autres Chefs et Notabilités en leurs titres et grades respectifs.

La suite de ce grand rendez-vous socio-culturel en hommage à Fo’o Nkoho Tekobou Germain Chef du village Nkoho dans le Groupement Bafou en images.

 

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

S.M Fo’o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU GermainFo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU GermainFo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU GermainFo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Fo'o Nkoho TEKOBOU Germain

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gallerie Video

Publicités

Venez découvrir le site web de l'IUC
Read More!
Désormais Obtenez vos Certifications CISCO à l'IUC
Read More!

Articles Populaires